• Une grande participation de nos soutiens de Grande Bretagne et de France—qui ont envoyé des emails à l’UE.
  • Les politiciens se sont trompés à propos des filets maillants, ce ne sont des engins ni à faible impact ni durables.
  • Cette erreur va rendre plus difficile encore la réalisation de l’engagement de la Commission de l’UE d’atteindre son objectif de pêcherie durable du bar pour 2017.
  • Le stock de bars est le perdant—maintenant clairement engagé dans la zone dangereuse.

 

Merci!

Nos remerciements les plus sincères à tous ceux qui ont pris le temps d’adresser un email au sujet du bar (ou même 2 !) aux Ministres européens de la pêche. Vos mails ont permis de placer le sujet de la pêche durable du bar très haut dans l’agenda de la Commission Européenne et des Etats Membres et ont conduit à cet engagement de la Commission Européenne à atteindre l’objectif du Rendement Maximum Durable (RMD, le niveau de pêche durable) pour le bar pour 2017, ce qui constitue un progrès énorme.

Mais, nous devons continuer à faire pression-merci de continuer à nous appuyer au moment où nous entrons dans la phase suivante, critique de la campagne.

Réponses préliminaires (sujettes à modifications ultérieures)

Les politiques se sont accordés afin que pour les pêcheries professionnelles à la fois durables et à moindre impact, le moratoire soit seulement de 2 mois et que le quota mensuel par bateau soit augmenté de 1 tonne à 1,3 tonne par mois.

En principe, ceci semble bien ; nous avons fait campagne pour qu’il y ait une discrimination en faveur des pêcheries durables qui apportent le plus de bénéfices socio-économiques. Mais ce qui révolte tout autant les protecteurs de l’environnement que les pêcheurs récréatifs est que les politiques ont étendu ces mesures favorables aux filets maillants (et peut être même aux tramails) qui ont une responsabilité majeure dans la destruction du stock de bar et qui représentent en Grande Bretagne 56% de tous les débarquements 2014—pas vraiment une pêche « à faible impact ».

Ces mesures favorables représentent une augmentation des débarquements par les filets maillants en Grande Bretagne de 131 tonnes (et n’oubliez pas qu’il y aura aussi des augmentations induites en France et dans les Pays bas) alors que les scientifiques recommandent une réduction de 90% pour atteindre le maximum de 541 tonnes en 2016 pour l’ensemble du stock de bar du Nord, toutes méthodes de pêche confondues ! Ce n’est que pure folie douce !

Avant que le quota mensuel par bateau et le moratoire ne soient édulcorés, la Commission de l’UE estimait que les débarquements pour 2016 seraient de 1 449 tonnes, soit 2,7 fois le niveau recommandé par les scientifiques. Nous attendons de connaître l’augmentation que tout ceci va engendrer et de savoir comment la Commission de l’UE se propose maintenant d’honorer son engagement d’atteindre le RMD en 2017.

On peut simplement se demander comment les politiciens ont pu penser que favoriser les fileyeurs puisse être une bonne décision : simplement parce qu’ils ne comprennent pas les chiffres ? Trop fatigués à 1h00 du matin pour prendre conscience ce pour quoi ils donnaient leur accord ? Cédant à la pression d’un lobbying commercial qui met en avant des bénéfices à court terme au détriment de l’avenir du stock des bars et des emplois qui en dépendent ?

Dans tous les cas, Save Our Sea Bass continuera son combat tenace et déterminé pour sauver le stock de bars et travaillera étroitement avec la Commission Européenne pour atteindre le RMD en 2017, en faisant remarquer que les politiques ont rendu ce dur travail encore plus difficile.

NO KILL

Grâce à la vague d’emails que vous avez envoyés la semaine dernière, le moratoire ne s’appliquera pas à la pêche du bar en NO KILL. C’est une grande nouvelle, puisque ceci protège la pêche du bar la plus durable et la plus rentable et ce sera un pas de plus pour mettre en œuvre l’article 17 de la Politique Commune de la Pêche : attribuer les possibilités de pêche selon des critères à la fois socio-économiques et environnementaux.

Quota par jour et par pêcheur récréatif

1 poisson par jour du 1er juillet au 31 décembre 2016.

Moratoire

1er janvier au 30 juin : tout bar pris par un pêcheur de loisir devra être relâché.

Février et Mars 2016 seulement pour les filets maillants calés et les ligneurs.

1er janvier au 30 juin 2016 : tous les autres modes de pêche (i.e. les chaluts et les sennes).

1% maximum de la totalité des prises des chaluts de fond et sennes sera toléré en bars à titre de prises accessoires.

Quota par navire de pêche

Pour janvier 2016 et du 1er avril au 31 décembre 2016, 1,3 tonnes par mois pour les filets maillants calés et pour les ligneurs.

Du 1er juillet au 31 décembre 2016, 1 tonne par mois pour tous les autres modes de pêche commerciaux.

Golfe de Gascogne

Les restrictions ne sont pas étendues au Golfe de Gascogne, en dépit de données insuffisantes pour prétendre qu’il puisse être géré comme un stock indépendant.

Irlande

L’interdiction générale concernant la pêche commerciale autour de l’Irlande pour toute l’année 2016 est décidée.