fbpx

Une consultation publique concerne la pêche professionnelle du bar dans le golfe de Gascogne

Participez à la consultation!

Une consultation publique est en cours jusqu’au 14 novembre 2016 concernant un projet d’arrêté qui  concerne la pêche professionnelle du bar dans le golfe de Gascogne: la taille minimale de capture passerait de 36 à 38 cm et un quota collectif de 2,490 tonnes ne devrait pas être dépassé pour 2017.

Lien de la consultation: http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-arrete-creant-un-regime-national-de-a1585.html

Voici notre commentaire de ce projet d’arrêté:

(1) L’article 1 prévoit que la taille minimale de capture (TMC) du bar passera de 36 à 38 cm au 1er janvier 2017 et ce pour tous les engins de pêche du Golfe de Gascogne.

1, Rappelons qu’au nord du 48ième parallèle, cette taille minimale de capture a été portée de 36 à 42 cm en une seule fois, au 1er septembre 2015.
Augmenter cette TMC du bar de 2 cm reste totalement insuffisant puisque la taille de maturité sexuelle de ce poisson est égale ou supérieure à 42 cm.
S’il est prévu d’augmenter cette taille de 2 cm par an, il faudra donc attendre 3 ans pour que la TMC se rapproche vraiment de son objectif : permettre aux poissons juvéniles d’intégrer les classes d’âge de poissons capables de se reproduire au moins une fois avant d’être pêchés.
Notons que cette augmentation en douceur de la TMC permet aux professionnels d’amortir le manque à gagner immédiat d’une transition plus brutale de + 6 cm comme au nord. Mais de la même façon, elle retarde d’autant l’assainissement du stock en retardant la protection pleine et entière des populations de poissons non matures: les bénéfices escomptés arriveront aussi plus tard.

2, On peut s’interroger sur la règlementation concernant la maille des filets: pour le bar, il est prévu une maille de 100 mm (avec même une tolérance partielle pour 90 mm). Une augmentation de la TMC devrait s’accompagner d’une augmentation cohérente de la maille des filets vers 110 mm.

(2) L’article 2 énnonce : « Une limitation de captures annuelle pour l’ensemble des navires de pêche capturant du bar dans les divisions CIEM VIIIa et VIIIb est instaurée.
Les débarquements cumulés au cours de l’année civile ne peuvent excéder 2 490 tonnes pour l’année de gestion 2017. »

Ce quota collectif semble compatible avec l’avis du CIEM (*) du 30 juin 2015. Mais il faut noter qu’il n’est pas contraignant puisqu’il coiffe la moyenne (assez régulière) des débarquements français du Golfe de Gascogne qui est de 2 474 tonnes par an depuis 15 ans (source CIEM).
Par ailleurs, comme c’est un quota collectif, on peut s’interroger sur la compétition qu’il va forcément générer entre métiers: la « course aux poissons » ne fera que continuer.

Il faut aussi noter que ce projet d’arrêté ne prévoit:

-Aucune mesure pour protéger les frayères.
-Aucune limitation concernant la pêche récréative qui elle aussi doit être soumise à restriction dans le Golfe de Gascogne.

Au total, ces mesures apparaissent bien tardives, homéopathiques, non contraignantes et insuffisantes.

Il faut réclamer et obtenir:

– une taille minimale de capture qui respecte la biologie (au moins 42 cm) avec une modification conséquente des mailles des filets,
– des fermetures spatio-temporelles pour protéger les frayères,
– des quotas par bateau réellement contraignants qui protègent la ressource.
(*) Avis du CIEM pour le bar dans le Golfe de Gascogne (zones VIIIa et VIIIb) donné le 30 juin 2015:

http://www.ices.dk/sites/pub/Publication%20Reports/Advice/2015/2015/Bss-8ab.pdf

Faute de connaissances suffisament précises sur l’état du stock et au nom du principe de précaution, le CIEM a proposé en juin 2015 que les prélèvements de bars dans le Golfe de Gascogne (zones VIIIa et VIIIb) ne dépassent pas 2634 tonnes. Le Royaume-Uni, la Grande Bretagne et la Belgique ne pêchent pas le bar dans cette zone. L’Espagne n’y pêche que 100 à 300 tonnes de bars environ: par exemple, 311 tonnes en 2011 et seulement 91 tonnes en 2014.

La France est donc quasiment le seul pays à prélever des bars dans cette zone.

Les prélèvements de bars sont relativement homogènes depuis 2000 avec une moyenne de l’ordre de 2500 tonnes (histogramme ci dessous). Mais l’année 2015 non représentée ici a été marquée par une baisse sensible de 25% avec un total de l’ordre de 2100 tonnes (source AGRIMER).

golfedu1

 

 

 

L’avis du CIEM basé sur le principe de précaution apparaît donc comme non contraignant pour la France puisqu’il est du même ordre de grandeur que les prélèvements constatés, sauf pour 2014 (2900 tonnes prélevées par la France)

A BASS Campaigning Website

Funded by the Bass Anglers' Sportfishing Society (BASS)

Supported By