fbpx

Pêche du Bar : mise à jour du 31 janvier 2017

Entendez notre colère!

Dans le milieu de la pêche, 2016 restera l’année où les pêcheurs de loisir ont su associer et éléver leurs voix avec détermination pour défendre les stocks de bars et la pêche récréative de ce poisson.

Les pêcheurs de loisir, les marchands d’articles de pêche, les fournisseurs, la presse et les médias spécialisés, tous se sont accordés pour réclamer une pêcherie du bar durable et un engagement honnête en faveur de la pêche récréative.

Nos plus sincères remerciements pour les milliers d’entre vous qui ont soutenu les nombreuses campagnes: la pétition début 2015 contre les filets maillants; le débat sur les bars à la Chambre des Communes; la marche devant le bureau de George Eustice à Camborne; la pression sur la Commission de l’UE alors qu’elle préparait ses propositions pour les possibilités de pêche 2017; la pression sur George Eustice et les autres ministres de la pêche avant le conseil sur ces possibilités de pêche 2017; et finalement la pétition « Débarrassons-nous des filets! » sur le site des pétitions gouvernementales

Des Politiques douteux

Lors du conseil sur les possibiltés de pêche 2017 en décembre à Bruxelles, les ministres européens de la Pêche ont conclu que seuls les commerciaux pêchant avec des hameçons et des lignes et les pêcheurs récréatifs pourront désormais cibler le bar. Mais la réaction des gouvernements anglais et écossais face à cet accord a été décevante: ils ont émis des commentaires contredisant cet accord. DEFRA –Le ministère anglais en charge de la Pêche – a dit qu’il interprétait l’accord comme une tolérance pour 250 kg par mois pour les filets calés incluant les prises accessoires sans s’y limiter. Autrement dit, DEFRA a affirmé que les filets calés auraient un quota mensuel de 250 kg et pourraient cibler le bar en 2017.

La Commission de l’UE publia en guise de réponse un nouveau projet de loi statuant très clairement qu’il sera illégal pour les filets calés de cibler le bar et que la tolérance mensuelle de 250 kg de bars ne concerne que les prises accessoires inévitables.

Le gouvernement britanique vient juste de corriger sa déclaration sur son site pour être en accord avec la Loi.

Les nouvelles règles

Le 29 janvier 2017, les nouvelles lois européennes pour la pêcherie du stock du bar au nord du 48ième parallèle sont entrées en vigueur. Vous pouvez les lire ici.

En résumé:

  • Les règles s’appliquant aux pêcheurs récréatifs ont été reconduites sans changement par rapport à 2016: pêcher-relâcher pour le 1er semestre 2017, puis 1 seul poisson par jour pour le second semestre.
  • Les ligneurs et canneurs professionnels peuvent capturer 10 tonnes de bars en 2017, mais doivent respecter une fermeture en février et mars.
  • Les filets calés ne peuvent pas cibler le bar, et ne peuvent pas débarquer plus de 250 kg par mois à titre de prises accidentelles inévitables.
  • Les chaluts de fond et les senneurs ne peuvent pas cibler le bar, et ne peuvent pas débarquer plus de 3% de bars par jour, avec une tolérance maximale mensuelle de 400 kg.
  • Les filets dérivants et les chaluts par paire ne peuvent pas cibler le bar et n’ont pas de tolérance à titre de prise accessoires.
  • Pêcher le bar à titre commercial depuis le bord est illégal et il n’y a aucune tolérance pour les prises accessoires.

Que pense Save Our Sea Bass de ces nouvelles règles?

Impact sur le stock de bars

En juin 2016, le CIEM — Conseil International pour l’Exploration de la Mer – nous a averti que le stock de bars est désormais en dessous du seuil Blim. Ceci signifie que le stock est tellement bas qu’il existe une forte probabilité pour que la capacité du stock à s’auto régénérer soit impossible suite à une production d’oeufs insuffisante et que donc ce stock ne puisse pas se restaurer comme espéré et reste indéfinniment effondré. Logiquement, le CIEM a donc conseillé de ne pas pêcher le bar en 2017 (aucune capture) pour aider le stock à se restaurer le plus vite possible.

S’il est de bon ton pour les Ministres européens de la Pêche de parler du respect de l’avis scientifique, il semble que ces derniers soient congénitalement incapables de se conformer à 100% à un tel avis scientifique. C’est pour cela que la Commission de l’UE proposa pour 2017 non pas une fermeture totale (aucune capture ) mais un plafond de 1 000 tonnes, qui aurait encore permis au stock une augmentation de 8% (le scénario idéal « aucune capture » aurait permis une augmentation de 22%).

Cependant, parce que les Ministres européens de la Pêche ont autorisé ces tolérances pour « prises accessoires accidentelles », qui vont être difficiles voire impossibles à contrôler, il paraît très probable que les débarquements réels vont très largement dépasser le plafond de 1 000 tonnes, de sorte que le stock va à nouveau baisser en 2017, appelant des restrictions encore plus sévères l’an prochain.

Impact sur les filets calés

Il sera illégal pour les filets calés de cibler le bar en 2017, ce qui représente un pas d’une importance vitale en direction d’une pêcherie du bar durable et une victoire fantastique pour tous ceux qui ont soutenu notre campagne.

Cependant, les déclarations des gouvernements britaniques et écossais après le conseil européen sur les possibilités de pêche 2017 étaient clairement en faveur d’une poursuite du ciblage du bar par les filets calés, en dépit du caractère non durable de cette pêche. Une escroquerie politique a été mise en place: les filets calés ne peuvent pas cibler le bar, mais au lieu d’un « pourcentage de prise » qu’il aurait été facile de contrôler et qui aurait de fait rendu le ciblage impossible, on a préféré une tolérance mensuelle pour prises accessoires inévitables beaucoup plus élevée que ne l’auraient requises d’authentiques prises accessoires inévitables et qui assure qu’il sera extrêment difficile d’arrêter les filets calés ciblant illégalement le bar.

Nous attendons une explication de la part de MMO (Administration britanique pour la gestion des pêches) quant au contrôle de cette nouvelle loi pour les filets calés, mais pour être franc, nous n’avons guère d’espoirs, ce sera mission quasi impossible. Nous continuerons donc à militer pour une interdiction totale des filets calés dans cette pêcherie.

Impact sur les Ligneurs et les canneurs

Nous sommes déçus qu’aucune organisation de ligneurs et canneurs professionnels ne se soit manifestée pour soutenir notre campagne en faveur d’une pêche du bar durable, mais nous sommes satisfaits de constater que les ligneurs et canneurs soient maintenant les seuls professionnels à pouvoir légalement cibler le bar.

Cependant, nous déplorons qu’au moment où tous les autres intervenants sont mis à contribution pour soulager le stock, les affaires continent comme d’habitude pour les ligneurs et canneurs professionnels. Nous avons analysé les données des débarquements britaniques 2013 pour évaluer l’impact des 10 tonnes annuelles sur ces métiers:

  • 1 seul navire a pris plus de 10 tonnes cumulées en 2013;
  • 99% des navires ont pris moins de 3,5 tonnes
  • 90% des navires ne seront jamais affectés, à moins que le plafond ne passe sous le seuil de 1 tonne.

La fermeture en février et mars pour protéger le stock des géniteurs rassemblés pour le frai semble sensée, mais est en réalité sans effet: moins de 1% des bars débarqués par les ligneurs et canneurs professionnels le sont en février et mars!

Donc, autant nous soutenons l’activité des ligneurs et canneurs professionnels comme une activité durable, autant nous continuerons à demander que ces métiers assument leur part dans le sauvetage et la restauration du stock de bars.

Impact sur les chaluts de fond et les senneurs

Le lobby de la pêche commerciale prétend que ces métiers rejettent inutilement des bars morts à titre de prises accessoires et ont réussi à obtenir une augmentation de la tolérance de prises accessoires de 1% vers 3% avec un plafond mensuel de 400 kg.

Nous n’approuvons pas cette mesure pour 2 raisons:

  • Pourquoi cette décison a-t-elle été prise sans aucune preuve concernant l’ampleur des rejets ou la réalité du caractère de prise accessoire inévitable?
  • Autoriser à débarquer et vendre des bars à titre de prises accessoires équivaut à une incitation financière pour capturer du bar et inversement démotive tout effort en faveur d’une meilleure sélectivité.

La pêche récréative

Le gouvernement britanique a dit : » Nous sommes désolés de n’avoir pu aller plus loin et obtenir un accord plus juste pour les pêcheurs de loisir. »

George Eustice a entendu les pêcheurs récréatifs de bars en 2016, et nous a dit qu’il veut un accord plus juste, mais l’action est plus importante que les mots. Si le gouvernement britanique avait vraiment voulu un accord plus juste pour les bars et les pêcheurs récréatifs, il aurait poussé plus fort vers:

  • Aucun débarquement commercial de bar au moment où les pêcheurs récréatifs sont obligés de faire du No Kill. Pourquoi un pêcheur récréatif se verrait interdire de ramener un bar pour la table familiale, alors qu’un bateau professionnel à côté peut les pêcher et les vendre?
  • Une limitation en terme de pourcentage de prise pour les filets calés.
  • De vrais restrictions pour les ligneurs et canneurs professionnels, plutôt que de tromper le public avec des mesures paraissant significatives mais en réalité sans le moindre impact.

CEFAS (Centre scientifique britanique pour l’environnement, la pêche et l’aquaculture) assure que les prises des pêcheurs récréatifs ont été réduites de 63 à 85%. Les règles pour 2017 vont donc reproduire cette même injustice. Nous devons continuer à nous battre et mettre encore plus de pression sur George Eustice et les autres ministres européens de la pêche pour redresser la barre.

Pêcherie du bar complètement documentée

Le CIEM nous explique que les débarquements commerciaux de bars en Grande Bretagne sont en réalité 3 fois supérieurs à ce qui est officiellement débarqué. Comment peut-on gérer une pêcherie sans connaître le vrai niveau de prélèvement? La Commission de l’UE et MMO sont actuellement en train de travailler sur ce problème et nous continuerons à faire pression pour que la situation s’améliore.

TMC

L’actuelle taille minimale de capture de 42 cm doit être revue par la Commission de l’UE en 2017. Elle est trop faible et doit être augmentée à 48 cm pour donner au jeune bar une chance de pouvoir se reproduire. Maintenant que seul les pêcheurs récréatifs et les ligneurs et canneurs professionnels ont le droit de cibler ce poisson, la TMC peut être augmentée sans crainte d’aggraver la mortalité par rejet ou de déclancher les plaintes de fileyeurs au sujet de l’achat de nouveaux filets avec un maillage plus grand. Davantage de bars matures permettront une restauration plus rapide de la pêcherie, un profit au kilo de bar supérieur pour les ligneurs et canneurs professionnels, et une qualité supérieure de la pêche récréative de ce poisson. Une évidence.

Golfe de Gascogne

La petite pêche artisanale française a averti que la destruction du stock des bars au nord du 48ième parallèle est en train de se répéter dans le Golfe de Gascogne. Les débarquements des canneurs et ligneurs professionnels y ont chuté en 2016 de 43% par rapport à 2015. La Commission de l’UE a établi qu’en dépit de l’absence de réduction de l’effort de pêche, les débarquements globaux y ont chuté de 13% en 2015 et d’encore 20% en 2016, ce qui est fortement évocateur d’un déclin rapide du stock du golfe.

En novembre, la Commission a émis l’idée de quotas par bateau restrictifs pour le golfe de Gascogne. Mais cette idée a été abandonnée et le gouvernement français a introduit ses propres règles inadéquates:

  • Un quota annuel global de 2 490 tonnes (un niveau qui n’a été dépassé que 2 fois au cours des 7 précédentes années, selon la Petite Pêche Artisanale Française).
  • Aucune allocation de ces 2 490 tonnes à certains métiers spécifiques, de sorte qu’aucune priorité n’est donnée à l’activité durable des ligneurs et canneurs professionnels.
  • Une augmentation de la TMC de 36 à 38 cm, encore beaucoup trop faible pour protéger les bars juvéniles.
  • Un plafond de 5 poissons par jour et par pêcheur récréatif.

Conclusion

En 2016, nous avons fait des progrès vers une pêcherie durable accessible qu’aux pêcheurs récréatifs et aux ligneurs et canneurs professionnels. Les Ministres européens de la pêche ont accepté nos arguments à propos de la supériorité environnementale et socio-économique de ces intervenants. Mais la pression de pêche commerciale demeure à un niveau trop élevé pour un stock si menacé et les nouvelles règles ne vont pas permettre d’obtenir les réductions nécessaires.

Le combat continue! Nous aurons besoin de votre soutien en 2017 pour forcer les gestionnaires de la pêche à réduire la pression de pêche commerciale à un niveau durable.

update_31_jan_2017_fr

 

 

 

 

A BASS Campaigning Website

Funded by the Bass Anglers' Sportfishing Society (BASS)

Supported By