fbpx

Urgent

Chez Save Our Sea Bass, nous sommes indignés par les récentes décisions sur le bar prises par le conseil des Ministres Européens.

Si vous partagez notre indignation, nous vous encourageons à vous joindre à nous et à adresser un email aux Ministres et officiels de la Pêche de l’Union Européenne pour demander que certaines de ces mesures soient réévaluées. Rappelez-vous, vous êtes un intervenant majeur de la pêche du bar en Europe – faites-vous donc entendre!

S’il vous plait, rejoignez B.A.S.S pour soutenir notre combat pour sauver le bar et obtenir que les pêcheurs sportifs aient la primauté de la pêche du bar.

S’il vous plaît, copiez-collez les adresse ci-dessous dans votre ligne « destinataires » de votre messagerie. Ensuite copiez-collez le texte proposé en ANGLAIS (la traduction en français a été faite pour votre compréhension personnelle, souvenez-vous que votre interlocuteur parle l’anglais) (ou votre propre message, en anglais si possible) et envoyez !

[Francais]

Chers Ministres et Officiels de la Pêche,

A propos du bar

Je vous ai écrit avant le conseil des Ministres des 14-15 décembre 2015 pour vous demander de promulguer des mesures pour sauver le bar.

Je vous écris à nouveau pour vous exprimer mon indignation devant un certain nombre de mesures extrêmement malheureuses et pour vous demander de réévaluer immédiatement ces mesures pour respecter les avis des scientifiques et votre obligation légale de respecter l’article 17 de la Politique Commune de la Pêche.

Article 17

Les scientifiques ont recommandé que les débarquements 2016 ne dépassent pas 541 tonnes et l’article 17 exige que vous attribuiez ces tonnages selon une estimation appropriée de l’impact environnemental et socio-économique de chaque méthode de pêche.

A mon avis, la seule conclusion d’une telle estimation appropriée serait que les méthodes de pêche non sélectives et à fort impact dussent être complètement exclues de la pêcherie et que la pêcherie soit seulement constituée de la pêche récréative et des canneurs et ligneurs à la main professionnels, ces techniques étant mises en œuvre de façon restreinte et durable.

Article 17 – Filets maillants calés

J’ai été très déçu que les propositions de la Commission de l’UE ne respectent pas l’obligation de tenir compte de l’article 17. Cependant, je suis très surpris et consterné que les Ministres de la Pêche de l’UE puissent autoriser que les filets maillants (une méthode de pêche hautement non durable qui a massivement contribué à la destruction du stock) soient:

  1. autorisés à pêcher 4 mois pendant le moratoire;
  2. crédités d’un quota mensuel par navire augmenté de 1,0 à 1,3 tonnes. En se basant sur les débarquements 2014 au Royaume Uni, the quota par navire ne limitera à peine que 5% de ces fileyeurs.

Vous avez justifié ces exemptions au profit des filets maillants en affirmant que les filets maillants sont « à faible impact » et « durables ». Ceci n’est simplement pas vrai : les filets maillants au Royaume Uni représentent 42,3% de tous les débarquements de bar et tuent des juvéniles, des oiseaux de mer, des phoques et des cétacés.

Pour toute l’Europe en 2014, les filets maillants représentent 30% des débarquements. Je ne connais pas la part de ce pourcentage qui revient aux filets maillants calés. Mais en Grande Bretagne, 68% de tous les filets maillants sont calés.

A propos de l’argument selon lequel vous protégez l’emploi, il s’agit d’une courte vue incroyable; en diminuant la portée des propositions, vous augmentez le risque de l’effondrement du stock et de la destruction des emplois à long terme qui en dépendent. D’ailleurs, la New Economics Foundation a récemment calculé que les filets dérivants et calés dépendent du bar qu’à hauteur de 20%.

Article 17 – Le principe récréatif de la capture pour un repas

J’ai aussi été surpris de constater que les pêcheurs récréatifs qui veulent capturer et manger un bar, et qui fournissent à la société des bénéfices en termes environnementaux et socio-économiques bien supérieurs que ceux de la pêche commerciale devraient être traités moins favorablement que les fileyeurs et les canneurs/ligneurs professionnels.

Vous me demandez de renoncer à ce droit fondamental de pêcher pour offrir un poisson à ma famille et moi-même. Je serais ravi de le faire pour sauver le stock de bars, si cela faisait partie d’une palette de mesures s’adressant à tous les modes de pêche au prorata de leur impact environnemental et socio-économique. Malheureusement, les mesures que vous avez arrêtées ne répondent pas à cette hypothèse, et par voie de conséquence, je n’accepte pas que vos décisions puissent être équitables ni légales d’ailleurs.

De plus, pendant que vous justifiez votre décision à propos des filets maillants et des canneurs/ligneurs professionnel sur la base de la protection des petits métiers de la pêche, vous avez complétement oublié de prendre en compte les emplois et l’activité économique créés par la pêche récréative du bar.

Golfe de Gascogne

Vous n’avez pas étendu les mesures de protection au Golfe de Gascogne, en dépit de l’insuffisance de données pour valider sa gestion comme un stock indépendant et le risque élevé de transfert de pression de pêche, par exemple de la part des chaluts-bœufs et des fileyeurs sur les rassemblements avant et pendant le frai. Les petits pêcheurs côtiers français avertissent d’une intensification sans précédent de l’effort de pêche qui détruira leur gagne-pain.

Jusqu’à ce qu’il soit éventuellement démontré qu’il s’agisse d’un stock différent, et que le prélèvement de bars dans le Golfe de Gascogne soit durable, je demande l’extension des mesures au Golfe de Gascogne. Les bars ne connaissent pas les traits de règle arbitraires sur une carte, ni non plus d’ailleurs les patrons de pêche.

Implications des tonnages

Les propositions de la Commission de l’UE devaient réduire les débarquements à 1 449 tonnes, soit 2,7 fois le plafond de 541 tonnes fixé par les scientifiques. Les récentes décisions vont encore augmenter ces débarquements. Ceci n’est pas acceptable — il faut craindre que le stock diminue en dessous de la biomasse minimale Blim en 2016, avec une forte probabilité d’une production d’œufs insuffisante, expliquant que le stock ne se reconstitue pas, et reste très faible pour des périodes prolongées et ce en dépit de restrictions beaucoup plus sévères.

Sincèrement,
[Ecrivez votre nom]

[destinataires ]

informacionma@magrama.es; Marianne.Huusko-Lamponen@formin.fi; n.registrator@regeringskansliet.se; info@vm.gov.hu; kabinet.schauvliege@vlaanderen.be; adespota@papd.mof.gov.cy; herki.tuus@mfa.ee; Marian.Jurecka@mze.cz; Jan.Vanin@enviro.gov.sk; Minister@agriculture.gov.ie; gabriela.koenig@bmlfuw.gv.at; minister@mzh.government.bg; mpetrou@minagric.gr; christian.zewen@unico.etat.lu; Kristine.Purina@zm.gov.lv; mfvm@mfvm.dk; sekretariatryb@minrol.gov.pl; ured.ministra@mps.hr; inga.vukelic@mps.hr; info@verbraucherlotse.de; minister.mkgp@gov.si; anpa@anpa.ro; relatii.publice@madr.ro; secretariat.vidalies@developpement-durable.gouv.fr; dpma@developpement-durable.gouv.fr; frederic.gueudar-delahaye@developpement-durable.gouv.fr; alain.cadec@europarl.europa.eu; PECH-secretariat@europarl.europa.eu; karmenu.vella@ec.europa.eu; bernhard.friess@ec.europa.eu; phil.hogan@ec.europa.eu; defra.helpline@defra.gsi.gov.uk; roy.smith@defra.gsi.gov.uk; andrew.randall@defra.gsi.gov.uk; Delyth.Dyne@defra.gsi.gov.uk; demauley@parliament.uk; george.eustice.mp@parliament.uk; urp@politicheagricole.it; Info@zuv.lt; info@saveourseabass.org; infofisheries.msdec@gov.mt; indre.sidlauskiene@zuv.lt; h.r.offringa@minez.nl; roderick.galdes@gov.mt; cab-andriukaitis-webpage@ec.europa.eu;

Hé, mon mail m’est revenu de la part de certaines adresses?

Nous avons passé beaucoup de temps pour vérifier les adresses de messagerie pour s’assurer qu’elles sont correctes. Si vous recevez des messages d’erreur, merci d’accepter nos excuses et de nous l’adresser à info@saveourseabass.org de façon à ce que nous puissions le vérifier et si nécessaire faire une mise à jour.

Aurai-je une réponse?

Probablement que non, mais ne vous inquiétez pas, vous aurez un impact. Votre message va directement dans la boîte aux lettres des décisionnaires. La Commission Européenne nous a dit combien est grand le soutien que nous tous apportons à ses propositions pour obtenir l’accord des Etats Membres au sujet d’une réduction des prélèvements de bars.

[Anglais]

Dear Fisheries Ministers and Fisheries Officials,

Sea Bass

I wrote to you prior to the 14/15 December EU Council of Ministers meeting asking for you to implement a range of measures to save the Sea Bass.

I am writing to you again to express my outrage at a number of extremely poor decisions and to demand that you immediately revise these decisions to respect the advice of the scientists and your legal requirement to give proper effect to Article 17 of the Common Fisheries Policy.

Article 17

The scientists have recommended landings of only 541 tonnes in 2016 and Article 17 requires you to allocate these based on a proper consideration of the environmental and socio-economic impact of each fishing method.

In my view, the only conclusion from such proper consideration would be that unselective and high impact fishing methods must be completely excluded from the fishery and that the fishery should consist of just recreational angling and commercial rod & line and hand lines, all carried out on a restricted and sustainable scale.

Article 17 – Fixed Gill Netting

I was very disappointed that the EU Commission’s proposals did not respect the obligation to implement Article 17. However, I was astonished and appalled that the EU Fisheries Ministers agreed that fixed gill netting (a highly unsustainable form of fishing that has been a major contributor to the destruction of the stock) should:

  1. be allowed to continue for 4 months of the moratorium; and
  2. have its vessel catch limit increased from 1.0 to 1.3 tonnes. Based on the UK 2014 landing data, this higher vessel catch limit will only restrict a paltry 5% of gill netting vessels.

You have justified these fixed gill netting reliefs by saying that fixed gill netting is “low impact” and “sustainable”. This simply isn’t true – fixed gill netting in the UK represented 42.3% of all Sea Bass landings in 2014 and kills juvenile bass, sea birds, seals and cetaceans.

Across the EU in 2014, gill netting represented 30% of all Sea Bass landings. I do not know what percentage of this was fixed netting, but in the UK 68% of all gill netting was fixed.

Regarding the argument that you are protecting jobs, this is an incredibly short-term view; by watering down the proposals you are increasing the risk of the stock failing and destroying the long-term jobs dependent upon it. Further, the New Economics Foundation has recently calculated that the drift and fixed nets have only a 20% dependency on bass fishing.

Article 17 – Catch & Eat Recreational Angling

I was also dismayed to see that recreational anglers who wish to catch and eat Sea Bass and who deliver much higher environmental and socio-economic benefits to society than commercial fishing, are to be treated less favourably than commercial fixed gill netting and hook and line fishing.

You are asking me to relinquish a fundamental right to catch a fish to feed my family and myself. I would gladly do so to help save the Sea Bass stock, if this were part of a package of measures impacting all fishing methods in proportion to their environmental and socio-economic impact. However, the measures that you have agreed do not meet this test and accordingly I do not accept that your decisions are either equitable or, indeed, legal.

Additionally, whilst you have justified your decision on fixed gill netting and hook & line fishing on the basis of protecting small-scale fishing jobs, you have completely failed to take account of the jobs and businesses dependent on recreational Catch & Eat Sea Bass fishing.

Bay of Biscay

You have failed to extend the measures to the Bay of Biscay, despite there being insufficient data to support it being managed as a separate stock and the high risk of displacement activity, for example from pair trawlers and gill netters on spawning and pre-spawning aggregations. Artisanal fishermen in France are warning of an unprecedented intensification of effort that will destroy their livelihoods.

Until it can be shown that this is a separate stock; and that fishing levels in the Bay of Biscay are sustainable, I demand the extension of measures into the Bay of Biscay. Sea Bass do not recognise an arbitrary line on a map and nether should fishery managers.

Tonnage implications

The EU Commission’s proposals were expected to cut landings to 1,449 tonnes in 2016, a figure 2.7 times the 541 tonnes recommended by the scientists. The recent decisions will result in an increase in landings from those proposed. This is totally unacceptable – the stock is expected to fall below Blim in 2016, with a high probability that there is insufficient egg production, causing the stock to fail to recover and remain depleted for extended periods, even when fishing is much reduced.

Yours faithfully,
[Insert Name]

 

A BASS Campaigning Website

Funded by the Bass Anglers' Sportfishing Society (BASS)

Supported By