La surpêche

La surpêche doit cesser maintenant!

La tolérance pour « prises accessoires inévitables » au profit des fileyeurs a échoué.

L’année dernière, nous-mêmes et la Commission Européenne avions réclamé une interdiction de la pêche commerciale du bar au filet calé. Cependant, en décembre, les ministres européens de la pêche ont cédé à la pression des pêcheurs commerciaux et leur ont trouvé une parade: les filets calés  n’auront pas le droit de rechercher spécifiquement le bar, mais seront autorisés à débarquer jusqu’à 250 kg/mois de bars à titre de « prises accessoires inévitables ».

A sa grande honte, le gouvernement britannique commença par prétendre qu’une « tolérance » était autorisée pour les filets calés, qui concernerait à la fois des bars ciblés et des bars pris accidentellement. La commission Européenne a très rapidement confirmé que les fileyeurs fixes ne pourront pas rechercher spécifiquement le bar.

L’administration britannique MMO (Organisation pour la Gestion Marine) a aussi joué son rôle pour brouiller les cartes, en adressant des autorisations aux professionnels qui affirmaient: « Le bateau désigné ci-dessous est autorisé à pêcher le bar avec les engins spécifiés » et l’un de ces engins spécifiés était des filets calés maillants. La MMO a tout à la fois refusé de reconnaître que cette formulation est trompeuse, de corriger cette erreur et de re émettre de nouvelles autorisations.

Dans la communauté des pêcheurs commerciaux, on a donc compris que les fileyeurs fixes considéreraient ces 250 kg comme une tolérance pour du bar ciblé, puisqu’ils estiment que la loi est inapplicable. Et malheureusement, nous sommes bien d’accord avec eux, ce concept de « prise accessoire inévitable » est un non-sens complet. Aucune cour de justice ne pourra jamais reconnaître quelqu’un responsable d’infraction à cette loi: qui peut dire quel est le poisson recherché par un professionnel quand il pose un filet fixe?

Les officiers-contrôleurs de l’administration britannique IFCA (Autorité en charge de la protection des eaux territoriales et de la pêche côtière) ne semblent pas davantage informés.La MMO nous a dit que le ciblage du bar est admis si le pourcentage de bars capturés dépasse un certain seuil. Mais la MMO n’a précisé à personne, ni à nous ni aux professionnels, la valeur de ce seuil, de sorte qu’en juillet 2017, 6 mois après la promulgation de la loi, les officiers-contrôleurs attendent toujours les précisions de la MMO –quel bazar!

Nous attendons toujours que la MMO veuille bien indiquer si ne serait-ce qu’un seul fileyeur fixe a été poursuivi pour ciblage illégal de bar. Le silence est assourdissant.

Les difficultés d’application de la Loi ne sont pas l’apanage de la Grande-Bretagne, mais proviennent d’une loi inefficace, donc mauvaise.

Les données des débarquements 2017 en Grande-Bretagne montrent clairement que cette loi des « prises accessoires inévitables » au profit des fileyeurs fixes est un échec. Le graphe ci-dessous montre qu’en l’espace des  6 premiers mois de l’année 2017 seulement, les fileyeurs fixes britanniques ont capturé 37% de plus que leur moyenne annuelle calculée sur les 3 saisons 2011 à 2013 et qu’a la fin de l’année 2017, ils auront explosé cette moyenne de plus de 240%!

Les chiffrages ont été obtenus à partir des données de débarquement en Grande-Bretagne, mais nous pensons que les résultats sont identiques pour le reste de la pêcherie du nord de l’Europe.

Il y a deux façons simples pour résoudre cette situation. Rejeter cette tolérance des « prises accessoires inévitables » qui ne fonctionne pas et soit:

  • interdire aux fileyeurs fixes de débarquer du bar; ou bien
  • restreindre les débarquements de bars des fileyeurs fixes à 3% de leurs prises totales, avec un plafond mensuel de 40 kg ce qui en fera une tolérance pour prise accessoire authentique, avec le même pourcentage de restriction qui s’applique déjà aux chaluts de fond et senneurs.

Soyons très clair, vu cet échec aussi patent et la facilité avec laquelle elle encourage le ciblage illégal des bars, la poursuite de cette tolérance pour des prises accessoires inévitables au profit des fileyeurs fixes est inacceptable pour le public.

Les ligneurs commerciaux n’ont pas été restreints

Nous soutenons la pêche commerciale à l’hameçon et à la ligne parce que c’est la plus durable des pêches commerciales. Cependant, les pêcheurs professionnels à l’hameçon et à la ligne n’ont jusqu’à ce jour rien fait pour participer à soulager la pression de pêche sur le bar, parce que leur restriction à 10 tonnes est bien trop élevée. En 2015 et 2016, pas un seul bateau britannique n’a capturé plus de 10 tonnes!

Au contraire, les pêcheurs amateurs ont eux subi une diminution de 84% de leurs prises, qui ont chuté de 1 473 tonnes à 230 tonnes (chiffres fournis par le CSTEP et le CEFAS). Les pêcheurs en mer n’ont pas le droit de prélever le moindre bar du 1er janvier au 30 juin; tandis qu’ils n’ont droit qu’à un seul poisson par jour le reste de l’année.

Les ligneurs devraient être intégrés dans le moratoire du 1er semestre de l’année. Du 1er juillet au 31 décembre, ils devraient être restreints à 1 tonne annuelle de bars. Cette restriction n’impacterait que 10% des ligneurs, mais réduirait des 2/3 les débarquements de cette pêcherie.

Protection des bars en train de frayer

Les scientifiques nous apprennent que les bars frayent entre janvier et juin, avec un pic en avril. En Grande-Bretagne, le CEFAS a récemment confirmé des rassemblements de bars en train de frayer en avril, mai et juin.

Avec un stock de géniteurs maintenant dans une situation périlleuse, il est crucial de protéger les bars pendant leur période de reproduction. Tout espoir de restauration du stock repose sur ces géniteurs. Autoriser les pêcheurs commerciaux à exploiter ces poissons en train de frayer est une obscénité.

Il y a un moratoire concernant le public du 1er janvier au 30 juin. Ce moratoire doit maintenant être étendu à toutes les pêches commerciales – personne ne devrait être autorisé à débarquer des bars dans la 1ère partie de l’année, poissons ciblés ou pas.

Il est clair au vu des données de débarquements 2017 que beaucoup de pêcheurs commerciaux ciblent illégalement le bar, c’est pourquoi seul un moratoire complet du 1er janvier au 30 juin saura réduire la mortalité en ôtant toute valeur économique à la pêche des géniteurs pendant cette période.

A BASS Campaigning Website

Funded by the Bass Anglers' Sportfishing Society (BASS)

Supported By